Démarche et déplacement du pion sur un échiquier : leçon 3-1

Les pions sont un peu comme les soldats que vous envoyez au front pour couvrir le reste de l’armée. Ils ne peuvent s’avancer que droit devant eux, pas à gauche ni à droite. Ils ne peuvent pas reculer non plus. C’est d’ailleurs pour cela que les grands joueurs prennent toujours le temps de réfléchir avant de décider à faire un coup de pion.

De manière générale, les pions ne se déplacent que d’une seule case à fois. Cependant, ils peuvent avancer de deux cases lorsqu’il s’agit de leur premier déplacement :

Les différents déplacement du pion sur un échiquier

De toutes les pièces du jeu d’échecs, le pion est le seul à pouvoir capturer les pièces du camp adverse dans le sens différent de son déplacement. Cela veut dire qu’il peut capturer les pièces adverses qui se trouvent sur une des deux cases les plus proches à la diagonale devant lui (à gauche ou à droite) :

Les différentes attaques en diagonale du pion sur un échiquier

Prenons un exemple. C’est au tour des blancs de jouer. Dans le jargon des échecs, on dit : le trait est aux blancs. Le pion blanc situé dans la case d4 se voit bloqué par le pion noir se trouvant dans la case d5. Il peut dans ce cas capturer le pion se trouvant dans la case e5 car celui-ci est situé exactement sur une des deux diagonales (c5 et e5) qu’il contrôle. Remarquez que si le trait était aux noirs, ils pourraient prendre facilement le pion blanc en d4. Dans ce cas, comme le pion en e3 contrôle la case d4, il pourrait reprendre le pion noir qui s’y trouve en ce moment-là :

La capture d'un pion

Quelques mots sur l’expression « la prise en passant »

C’est une expression d’origine française qui a été adopté dans le jargon international des échecs. Elle décrit une situation où un pion arrive à trois cases de sa position de départ et qu’un pion adverse se trouve dans sa case d’origine et que celui-ci se trouve sur une des deux colonnes situées à côté de la colonne du premier pion.

Voici un exemple qui peut illustrer la situation. Imaginez un diagramme où vous voyez un pion blanc qui est assez avancé pour empêcher le pion noir de bouger sans se faire prendre. En effet, si ce dernier avance d’une case, il peut être facilement capturé par le pion blanc car il se trouvera dans la ligne diagonale droite de celui-ci. Du coup, le joueur avec les pièces noires sera tenté d’avancer de deux cases le pion noir pour éviter de se faire prendre. Cela a l’air d’être une bonne stratégie. C’est ici qu’intervient la prise en passant. Si un pion essaie de se sauver de cette manière, son adversaire peut tout de même le capturer comme s’il avait bougé d’une case seulement. Donc, si le pion noir va dans la case e5 par exemple, le pion adverse qui se trouve en d5 pourra le capturer comme s’il était dans la case e6. Donc, au final, le pion en e5 sera retiré du jeu tandis que le pion en d5 avancera dans la case e6.

La prise en passant

A noter que la prise en passant n’est valable que tout de suite après le déplacement de deux cases du pion ennemi. Donc, dans l’exemple ci-dessus, si le joueur avec les blancs déplace une autre pièce entre-temps, il ne pourra plus utiliser la prise en passant et le pion noir ne pourra pas être retiré.

Livres pour apprendre les échecs

Les plus belles ides du jeu d'checs de Luc Pitallier   Les checs, un jeu d'enfant   1064 exercices pour bien dbuter aux checs   Les checs pour les nuls

» Leçon suivante : Le déplacement de la tour